Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2015 6 26 /09 /septembre /2015 09:01

#PaulJeanToulet #Guéthary #monPère #MarieVergon #contrerime #septembre #26

Je vous imagine, là, ma demi-douzaine de fidèles abonnés (vérification faite, vous êtes quatorze !) et je me dis : ils sont au rendez-vous du 26, qu’est-ce que je vais bien pouvoir leur offrir à grignoter ?

Au bout de trois ans, vous l’aurez constaté, moi en tout cas c’est ce qui me semble, la douleur a fait place à quelque-chose de doux. La pudeur a repris ses droits. Alors bien sûr je me demande si vous avez envie que je parle de Willy, ou de tout autre chose.

On pourrait très bien concevoir que le rendez-vous du 26 soit d’une discrétion totale. On y parlerait de tout et de rien, et chacun de nous saurait qu’il s’agit quand même d’un hommage.

Hier par exemple et par hasard, je suis tombée sur une lettre écrite à mon père, où je préparais mon voyage à San Francisco, où je lui promettais de lui trouver une théière japonaise pour remplacer celle qui avait fini par se casser. Ou juste son couvercle, c’est une tendance des théières …

Peut-être suis-je assez réparée maintenant pour chercher dans ses lettres à lui. Il y en a des boîtes pleines chez moi. Je ne jette pas ! (Je chercherai une autre fois, l'idée me fait encore frissonner.)

Ce que je voulais vous raconter, c’est l’histoire de l’épouse de Paul-Jean Toulet.

Nous avons passé quelques jours à Guéthary début septembre, du rabe d’été, avec baignade dans l’océan et tout et tout. Et une grande partie d’une matinée pluvieuse, mais douce, à chercher autour de la jolie église haut-perchée, dans le cimetière ancien, la tombe du poète.

Elle se trouve dans un enclos de grilles rouillées, accolée à une autre. Sur celle de Toulet, on ne lit plus bien que JEAN, mais un médaillon sculpté par Georges Clément de Swiecinski, un ami lui aussi bien oublié, rappelle son profil. Sur la tombe à côté, tout aussi émoussée, on lit le nom de CAZABON et on en devine d’autres, mais il faut connaître VERGON pour le distinguer.

dans les temps mais à contrerime

Elle s’appelait Marie Vergon donc, c’était la fille d’un restaurateur de Guéthary, un ex de jeunesse de Paul Jean, venue le retrouver vers sa quarantaine et avec qui il a accepté de finir sa vie. Vu d’ici ça me semble un arrangement un peu moche. Elle l’aimait d’amour, il n’avait rien contre. Elle le voulait à tout prix, il avait besoin de quelqu’un pour s’occuper de lui et ne plus être à la charge de sa sœur.

Ils se sont arrangés. Ils sont restés ensemble quatre ans, jusqu’à la mort de Toulet.

Je ne sais pas combien de temps elle lui a survécu, les dates ne sont pas plus lisibles que les noms. On l’a enterrée à côté de lui, dans un caveau de famille. La grille autour des tombes 'fait un peu comme une alliance', je ne sais pas à quel moment elle a été ajoutée ni par qui.

C’est une histoire pitoyable. J’ai cherché la dame sur la toile et tout ce que j’ai trouvé d’elle c’est un portrait en veuve au musée de Pau.

dans les temps mais à contrerime

Plus exactement, la photo du conservateur du musée, Jean-Pierre Mélot, désignant sur la toile, peinte par Deveaux, des taches blanches de moisissure !

Et puisque tout ça revient à une histoire de mémoire et d’écriture, de moment saisi à temps et que je viens de l’apprendre par cœur, je joins cette contrerime de Toulet :

Molle rive dont le dessin

Est d’un bras qui se plie

Colline de brume embellie

Comme se voile un sein

Filaos aux chantants ramages

Que je meure, et demain

Vous ne serez plus si ma main

N’a fixé votre image.

Partager cet article

Repost 0
l'overblogozen d'anna rozen - dans mon père lectures poésie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les rendez-vous du 26 / voir aussi http://rozenblog2.blogspot.fr/
  • Les rendez-vous du 26 / voir aussi http://rozenblog2.blogspot.fr/
  • : Des histoires, mes humeurs, des colères. Et surtout : Les rendez-vous du 26 en souvenir de mon père ...
  • Contact

Recherche

Pages

Liens