Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 18:47

#PhilippeJaenada #littérature #LaPetiteFemelle #PaulineDubuisson #féministe

D'abord dire que c'est un bouquin magnifique, je l'ai pris (je dois à la vérité de dire que mon amoureux me l'a offert) je n'ai plus voulu le lâcher.

Y a le côté enquête, évidemment, qu'on suit la truffe au ras des pages, passionné(e).

Y a le côté 'à thèse', la thèse étant que la société française patriarcale, blanche, bourgeoise des fifties comme d'aujourd'hui, est une saleté pour les femmes en général et les rebelles en particulier, c'est d'autant plus beau que c'est écrit par un mâle blanc pas fragile d'aspect.

Alors d'une part, la thèse est tout ce qu'il y a de respectable, pour le moins, mais en plus elle est soutenue avec une rigueur ET une grâce absolues, comme d'habe la grâce, c'est un peu le deuxième prénom de Philippe Jaenada, et le fait que l'auteur soit sans arrêt présent, dans l'action dans le commentaire, dans les digressions sur sa vie même au temps de l'écriture, c'est irrésistible.

Irrésistible, indiscutable, palpitant.

Magistral et drôle, comme le papier François Perrin. Qui a eu, lui, en plus, l'honnêteté de préciser qu'il était pote de beuveries de Jaenada. Moi je le connais un peu, mais vraiment pas à ce point-là, je suis donc encore beaucoup plus objective.

J'ai juste une ou deux remarques, pour calmer le côté sans faute, dix sur dix, tableau d'honneur et félicitations du jury, champagne et maillot jaune :

Cette idée de contextualiser les étapes de la vie de Pauline Dubuisson avec l'actu des femmes de l'époque (Frida Kalho, Sagan, Mistinguett et qui sais-je encore) des trucs qui n'ont absolument rien à voir et arrivent comme des cheveux sur la soupe, je la trouve indigne de Jaenada.

Ça fait un peu truc de journaliste, ou d'organisateur de festival : un bouquin sur une femme, l'actu autour, que des femmes !

Pas utile à mon avis, voire un peu urticant pour les paranoïaques dans mon genre.

"Allez ma fille, va jouer avec tes petites camarades là, toutes dans la cuisine !"

(Oui, je sais, y a vraiment pas de quoi s'énerver)

L'autre bricole, c'est en deux morceaux, ça doit être au début du bouquin parce qu'après je n'ai plus eu cette sensation, voilà ce que j'ai noté :

* Une fille jeune qui couche à gauche et à droite, forcément c'est qu'elle se sent mal dans sa peau - mais il dit ça pour l'excuser - là, je dis : double faute.

* Il y a aussi une histoire de carnet, où l'héroïne raconte ses partenaires sexuels. Toujours pour l'excuser, Jaenada précise que non, malgré les bruits que la presse a fait courir, il n'y avait pas de remarques techniques dedans. Je veux bien croire qu'à l'époque, des remarques techniques pouvaient aux yeux des juges bornés, aggraver le cas de Pauline D ; je trouve un peu dommage que l'auteur, pour défendre son héroïne, ait l'air de faire siens les préjugés des années 50.

Mais j'ai peut-être lu la phrase déjà dressée sur mes ergots.

Comme on peut voir je n'ai pas énormément souffert.

Je peux même dire que l'un dans l'autre, le plaisir a été grand.

Et ça me plaît beaucoup, même si c'est en grande partie par amour de la sienne, que Jaenada défende si vaillamment la cause des femmes. Voilà un type qu'on a envie d'avoir de son côté.

Je ne vais donc pas me mettre à lui en vouloir pour un ou deux pas de côté, sur un terrain que je suis bien placée pour savoir glissant.

Partager cet article

Repost 0
l'overblogozen d'anna rozen - dans lectures
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les rendez-vous du 26 / voir aussi http://rozenblog2.blogspot.fr/
  • Les rendez-vous du 26 / voir aussi http://rozenblog2.blogspot.fr/
  • : Des phrases, des humeurs, des colères, des petits coups de butoirs butés brefs et rigolos, ou pas rigolos. Et surtout : Les rendez-vous du 26 en souvenir de mon père ...
  • Contact

Recherche

Pages

Liens