Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mai 2016 4 26 /05 /mai /2016 09:44

Dans ma récolte du mois, des lectures et encore des lectures.

Je ne sais plus qui disait qu’on trouvait toujours ce qu’on cherche dans les livres, en plus de ce que l’auteur y a mis. Dans tous les livres, toujours, et puisque de fait, on passe sa vie à chercher. Des occasions de se réjouir, de quoi faire tourner le moulin de son cerveau, des pistes, des signes.

les petits cailloux du 26

Dans les Souvenirs Pieux de Marguerite Yourcenar, je tombe en arrêt devant le mot chaude, émerveillée par sa symétrie en forme de cheminée : petit montant extérieur, grand montant intérieur de chaque côté, protégeant au centre la double voyelle petite, bien au chaud justement … Dans sa phrase, un cheval retourne « vers la bonne écurie chaude … » Le ‘au’ comme petit feu au milieu, je l’imagine dessiné : deux lettres de flammes. Le c et le e sont des boules de cuivre ou de laiton ciré, décoratives ; le h et le d sont faits de pierre, solides et droits. Je m’émerveille que ce mot, que j’ai dû lire des milliers de fois, me soit soudain apparu dans toute son harmonie évocatrice.

les petits cailloux du 26

Dans My Life as a Man de Philip Roth, ce passage : Only in the classroom, as far as I knew, was it possible to approach one another with the intensity ordinarily associated with love, yet cleansed of emotional extremism and free of base motives having to do with profit and power.

(Il n’y a qu’en classe, il me semble, qu’il soit possible d’avoir avec les autres, des relations d’une intensité qu’on associe plus volontiers à l’amour, mais absolument dégagées des excès sentimentaux comme des basses motivations du profit ou du pouvoir)

les petits cailloux du 26

J’y vois un nouvel éclairage (la phrase a dû être écrite au plus tard en 1974, mais bon, nouveau pour moi) sur les raisons pour lesquelles Willy, et ma mère aussi, se sont épanouis dans ce métier difficile.

La vie intense et des interactions sans ambigüité ni poids ... qui n'en rêverait pas ?

Dans My Life in France, Julia Child raconte un épisode où elle et son mari, complètement débordés, se demandaient s'ils allaient répondre à une invitation, célébrer la nouvelle année de l'autre côté de l'Atlantique avec leurs amis français ... bref, ils se secouent, se disant en substance : tant pis pour tout, on y va, le plus important ce sont les gens !

Je n'ai pas marqué la ligne d'un post-it comme je fais d’habitude pour ensuite noter les phrases typiques ou qui résonnent en moi. Je me suis dit "pas la peine, c'est la base".

les petits cailloux du 26

Mais à la réflexion, tout le monde ne pense pas de la sorte.

Si pour moi c'est la base, une des bases, c'est que mon père nous l'a inculquée.

C'était La Base dans sa famille, par suite dans la nôtre.

Je crois bien avoir réussi à transmettre ce beau réflexe à ma fille.

Quant à moi, je suis parfois obligée de me le rappeler : les gens d’abord ! avant les livres, avant le sommeil, avant les chats :-)

Partager cet article

Repost 0
l'overblogozen d'anna rozen - dans mon père lectures
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les rendez-vous du 26 / voir aussi http://rozenblog2.blogspot.fr/
  • Les rendez-vous du 26 / voir aussi http://rozenblog2.blogspot.fr/
  • : Des phrases, des humeurs, des colères, des petits coups de butoirs butés brefs et rigolos, ou pas rigolos. Et surtout : Les rendez-vous du 26 en souvenir de mon père ...
  • Contact

Recherche

Pages

Liens