Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 août 2017 6 26 /08 /août /2017 10:13

Sous le coup d'un nouveau deuil, je m'aperçois que chacune des personnes que nous perdons, que je perds (et je suis bien consciente que vu le temps qui s'écoule, elles seront de plus en plus nombreuses) ramène avec elle les précédentes, comble les lacunes, ravive les douleurs, suscite les souvenirs ou les prises de conscience.

Je ne me souviens pas d'avoir, après la mort de Willy, regardé par la fenêtre en m'étonnant que tout soit à la même place : le toit de l'hôtel en face, son gros conduit de cheminée, le torchon tombé sur l'appentis du restaurant dans la cour, les fleurs sur le rebord de la fenêtre, le ciel, les petits nuages, les gens qui marchent dans la rue ... rien, absolument rien d'extérieur ne se trouve changé quand un pan entier de votre existence, ou un morceau de votre cœur, s'écroule. C'est incompréhensible.
Et rassurant : la vie continue, libre à vous de remonter dans son train en marche tout de suite ou plus tard, tel que vous étiez la veille ou transformé, intègre ou en petits fragments.

un rendez-vous du 26 pour W, pour A et pour les autres

J'ai fait pour mon beau-frère, tout ce qui m'avait été épargné pour papa. Je suis allée le voir à l'hôpital tous les jours, ma main bien serrée dans celle de mon amour (toute seule je n'aurais jamais pu et c'est pour ça que j'ai tenu à l'accompagner, en m'imaginant que lui non plus, peut-être, tout seul n'aurait pas pu).

Je l'ai aussi accompagné quand il est allé remettre les vêtements derniers au second sous-sol de l'hôpital et quand il est allé au bureau des services funéraires choisir tout ce qu'il faut choisir : depuis la couleur du bois du cercueil qui brûlera, jusqu'à la taille de la pièce où lui sera rendu un hommage public, en passant par le tissu qui capitonne la boîte, les fleurs qu'on posera dessus, les emblèmes qui l'ornent et la matière de l'urne...

Mon père habitait loin de chez moi, son épouse était auprès de lui, c'est elle qui s'est occupée de toutes ces choses qu'on n'imagine pas et que je n'ai qu'à peine commencé à citer la liste.

Alors bien sûr je pleure, je pleure des larmes nouvelles et je me demande sur qui je les verse, celui qui nous a quittés, bien sûr, qui va nous manquer, sur la famille autour qui subit un nouvel assaut, sur mon père, mon chat noir et mes grand-mères, dans l'ordre inverse de disparitions. Sans oublier mon ami D, et mon ami C, parce que les amis disparaissent aussi.

Et sur moi, évidemment sur moi, sur mes trouilles et mes impuissances, sur mon inimaginable fin qui m'a toujours parue impossible et dont je continue à penser, tout en sachant très bien le contraire, que ça n'arrive qu'aux autres et que moi, d'une façon ou d'une autre, et sûrement de la plus naturelle façon qui soit, j'y échapperai.

Partager cet article

Repost 0
l'overblogozen d'anna rozen - dans mon père famille
commenter cet article

commentaires

Catherine Frybourg 27/08/2017 02:27

Papa est décédé le 12 août dernier, et j'ai fait pour lui absolument tout ce que tu as fait pour ton beau-frère. Mais papa, ça fait 30 ans que je m'en occupe. A l'époque je l'emmenais au golf (oui) avec moi le week-end et j'étais toujours tiraillée entre la joie de lui faire plaisir et la rage de ne pas vivre ma vie, comme s'il m'en volait une partie. Papa a vécu avec nous pendant 6 ans. Je l'ai accompagné jusqu'au bout toute seule la dernière année de sa vie. Et maintenant c'est très compliqué de trouver ma place dans ma propre famille.

Présentation

  • : Les rendez-vous du 26 / voir aussi http://rozenblog2.blogspot.fr/
  • Les rendez-vous du 26 / voir aussi http://rozenblog2.blogspot.fr/
  • : Des histoires, mes humeurs, des colères. Et surtout : Les rendez-vous du 26 en souvenir de mon père ...
  • Contact

Recherche

Pages

Liens