Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 12:02

136287239 44034cdca7 mpas si neufs que ça, les mois

la courbe du deuil ne suit aucune logique

toujours la sensation d'un mur porteur en moins

d'un os ou d'un muscle manquant

toujours pas envie de me remettre à écrire (les livres commencés)

mais je ne suis pas insensible au printemps

ni aux gens

autour

ni à l'absurdité attachante du monde

la tristesse comme une donnée de base, un fond de tarte

m'empêche un peu de participer

j'ai enfin compris à quoi servait la tradition du vêtement de deuil

un an à porter du noir

et on vous laissait tranquille

pas la peine d'expliquer pourquoi vous n'aviez pas envie de parler

la couleur et les voiles vous désignaient tout en vous protégeant

sans vous empêcher d'aller où bon vous semble

si je me mettais tout en noir là

personne ne s'apercevrait de rien

bref

pour ce nouveau mensiversaire, encore un petit peu de Je Me Souviens :

 

Je me souviens qu'il voulait toujours qu'on « fasse un effort », pour faire plaisir à la famille par exemple, mais aussi parce que tout ce qui demandait un effort était toujours mieux que la pente naturelle.

 

Je me souviens qu'il mettait toujours des vêtements différents dehors et dedans, chaussures comprises. Il y avait les affaires « pour traîner à la maison » et celles pour sortir.

 

Je me souviens que pour écharpe il disait foulard. Et pour tabouret, banc et pour se laver les cheveux, se laver la tête.

 

Je me souviens qu'il cuisinait très bien la fritta et le foie aux oignons.

 

Je me souviens quand il avait sa moustache (qu'il a gardée de ma naissance à mes vingt ans à peu près). Après le repas il avançait la lèvre inférieure et l'en recouvrait pour aspirer ce qui restait accroché dedans.

 

Je me souviens de son amour immodéré pour les cueillettes, en particulier urbaines. Comme il sautait les grilles de St Sernin pour cueillir les grenades, et son coin à mûres près du supermarché et les figues d’une ferme abandonnée.

 

Je me souviens qu’il n’hésitait pas à marchander, même dans les boutiques de fringues un peu chic, il demandait s’il n’y aurait pas possibilité d’un rabais pour un membre du corps enseignant.

 

Je me souviens qu’il transpirait beaucoup des mains, il avait toujours un mouchoir – en tissu – dans sa poche pour les essuyer avant de serrer la main à quelqu’un.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
l'overblogozen d'anna rozen - dans mon père
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les rendez-vous du 26 / voir aussi http://rozenblog2.blogspot.fr/
  • Les rendez-vous du 26 / voir aussi http://rozenblog2.blogspot.fr/
  • : Des phrases, des humeurs, des colères, des petits coups de butoirs butés brefs et rigolos, ou pas rigolos. Et surtout : Les rendez-vous du 26 en souvenir de mon père ...
  • Contact

Recherche

Pages

Liens