Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 17:01

Paris

dans les années 20

raconté par Hemingway dans les 60

hé bien donc à l'époque

y avait des troupeaux de chèvres dans la rue

et si vous descendiez avec votre pot

le berger vous en trayait une sur place

Hem dit qu'on pouvait (quand on avait des dollars US)

vivre pauvre et vivre bien dans la capitale

pratiquer son art, ne mourir ni de froid ni de faim

il précise même que quand il mange, il boit automatiquement un pti coup avec sinon c'est pas la peine

bref

il raconte aussi une très folle équipée à Lyon avec Scott Fitzgerald

qui se conduit un peu comme le grand maigre infernal et charmant de The Big Bang Theory

hypocondiraque et capricieux mais irrésistible et cohérent avec sa propre logique

je n'avais jamais lu Hemingway

je l'avoue

et j'ai été très étonnée par son style rigoureusement plat

ou perce parfois une ironie froide

dont je me demande bien comment il est arrivé à la glisser

le style est si plat (exprès donc, j'ai bien compris)

que par moment on dirait du Français traduit mot à mot

= je ne sais pas si j'en lirai d'autres ...

(mais n'hésitez pas, vous qui me lisez, à me contredire ou me conseiller, voire à me remonter les bretelles

que j'ai bien basses en ce moment)

et ?

ah oui, il fait des portraits forts des gens qu'il a côtoyés

impossible en particulier de ne pas admirer son Wyndham Lewis

I tried to break his face down and describe it but I could only get the eyes. Under the black hat, when I had first seen them, the eyes had been those of an unsuccessful rapist."

et puis le truc que je garderai le plus longtemps je pense

c'est son histoire en Autriche

à Schruns !

quel beau nom

une station perdue

où d'un coup - enfin pas tout à fait -

(c'est à dire qu'ils sont précédés par un poisson pilote

genre d'entremetteur de la jet set)

débarquent les riches

et là, Hem se fait avoir et conclut :

  "When they said, 'It's great Ernest. Truly it's great. You cannot know the thing it has,' I wagged my tail in pleasure and plunged into the fiesta concept of life to see if could not bring some fine attractive stick back, instead of thinking, 'If these bastards like it what is wrong with it ?' That was what I would think if I had been functioning as a professional although, if I had been functioning as a professional, I would never have read it to them."

genre ... quand ils m'ont déclaré 'c'est très beau, Ernest, c'est très bien, il y a vraiment quelque chose' j'ai remué la queue de plaisir et me suis laissé embarquer dans lleur vision festive de la vie, j'ai cherché un joli bout de bois à leur rapporter. Alors qu'en fait j'aurais dû me dire 'si ces salauds ont trouvé ça bien, c'est qu'il y a un problème ! qu'est ce qui ne va pas dans mon texte ?' Voilà ce que j'aurais pensé si je m'étais conduit comme un professionnel, mais si je m'étais conduit comme un professionnel, jamais je ne leur aurais fait lire.

 

parfois je me demande si je ne raconte pas toujours exactement la même chose

autour de mes lectures

quelque chose comme :

confiture aux cochons, si vous n'aimez pas ça, chacun sa merde, la maison d'un humain est son château

ce style ...

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
l'overblogozen d'anna rozen - dans lectures
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les rendez-vous du 26 / voir aussi http://rozenblog2.blogspot.fr/
  • Les rendez-vous du 26 / voir aussi http://rozenblog2.blogspot.fr/
  • : Des phrases, des humeurs, des colères, des petits coups de butoirs butés brefs et rigolos, ou pas rigolos. Et surtout : Les rendez-vous du 26 en souvenir de mon père ...
  • Contact

Recherche

Pages

Liens