Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 17:13

"Il se peut qu'un tel récit provoque de l'irritation ou de la répulsion, soit taxé de mauvais goût.

D'avoir vécu une chose, quelle qu'elle soit, donne le droit imprescriptible de l'écrire. Il n'y a pas de vérité inférieure.

Et si je ne vais pas au bout de la relation de cette expérience, je contribue à obscurcir la réalité des femmes et je me range du côté de la domination masculine du monde."

C'est Annie Ernaux qui fait cette remarque dans "L'événement" le livre qu'elle a écrit (en 2000) sur son avortement (en 1963)

Je lis le Quarto Gallimard qui rassemble ses oeuvres dans l'ordre chronologique de sa vie

(pas identique à celui des publications)

J'admire sa détermination, son féminisme et sa soif de justice sociale, sa manière d'écrire obstinée, limpide, violente.

Je n'ai pas son parcours, je n'ai pas son audace, il n'y a pas non plus dans ma vie, d'enjeux aussi terribles.

Mais je vibre à sa voix.

Elle a dix ans de moins que ma mère, nos circonstances diffèrent aussi de ce point de vue là.

La lire me met dans un état de réceptivité aigüe. Pour le reste, la vie , tout autour

Vous avez vu The Descendants ?

Le film avec Clooney, quasi veuf, avec deux filles, à Hawaï.

Quasi veuf parce que sa femme est dans le coma

à la suite d'un accident de ski nautique

elle aimait les sports grisants et vivait une aventure extra conjugale

pour parfaire le portrait de cette femme qu'on ne verra que dormir

(à part le sourire du prégénérique)

on nous précise que

1) son mari (Clooney donc) avocat, n'était pas très présent

2) son amant était marié également

3) elle envisageait de demander le divorce parce qu'elle était amoureuse de l'amant

4) l'amant ne l'aimait pas d'amour

Et je me dis que tout ça (ces quatre points et quelques autres indices, genre, c'était une bonne mère pour ses filles) est fait pour rendre son personnage sympathique.

C'est à dire que par exemple, si son aventure avait été de son côté une pure passion sexuelle comme pour son amant

c'était mauvais pour son image.

La moitié masculine de l'adultère se trouve valorisée par son appétit purement sexuel et sa fidélité à sa conjointe officielle.

La moitié féminine au contraire n'est sauvable que si elle est amoureuse de son amant et plus vraiment de son mari.

Est ce que j'exagère quand je considère que ces réflexes ou scrupules scénaristiques sont symptomatiques de "la domination masculine du monde" ???

Pour l'instant je n'ai fait part de cette remarque qu'à deux personnes (masculines) qui n'ont pas du tout eu le même sentiment.

Je ne suis pas paranoïaque, juste sensibilisée.Merci Annie Ernaux.

Et tout ce qui rend sensible est bon. N'est ce pas ?

(à suivre)

 

 

Partager cet article

Repost 0
l'overblogozen d'anna rozen
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les rendez-vous du 26 / voir aussi http://rozenblog2.blogspot.fr/
  • Les rendez-vous du 26 / voir aussi http://rozenblog2.blogspot.fr/
  • : Des phrases, des humeurs, des colères, des petits coups de butoirs butés brefs et rigolos, ou pas rigolos. Et surtout : Les rendez-vous du 26 en souvenir de mon père ...
  • Contact

Recherche

Pages

Liens