Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 février 2016 5 26 /02 /février /2016 07:13

Même quand je ne sais pas trop où je vais, un indice vient me taper dans l'œil et la piste se dessine.

Port William, encore plus au Sud qu'Ushuaïa. J'ai vu ça dans un reportage, c'est au Chili "un des établissements humains les plus méridionaux du monde" ... ça me semble une bonne adresse.

jamais sans un signe

Et sinon ... avant de partir pour quelques jours à Madrid, je me penche sur le cas du 26 et vous livre deux nouveaux Je Suis.

(un chien cadurcien)

(un chien cadurcien)

Je suis un bouledogue blanc avec une tache brune sur l'œil gauche. Je suis tout nu, sans manteau ni collier, ma maîtresse me trimballe à l'arrière de son vélo rouge dans une caisse en bois à claire voie. C'est assez confortable et je vois du pays.

Tiens, on s'arrête, elle met la béquille de son vélo et puis elle m'attrape sous les bras, je pends de tout mon poids comme un sac de patates, elle me sourit quand même. Elle me pose sur le trottoir.

C'est cool parce que j'ai plein de trucs à renifler, mais ça m'embête parce que là, tout le monde va voir que j'ai la patte arrière droite complètement raide. Ça me donne une démarche ridicule, c'est pour ça que je préfère quand on roule : dans ma boîte surélevée, j'ai l'air d'un roi.

(ça n'a rien à voir mais c'est tout ce que j'ai en stock sur la rue d'Aboukir)

(ça n'a rien à voir mais c'est tout ce que j'ai en stock sur la rue d'Aboukir)

Je suis un grand Sikh avec un diable à mes pieds. J'attends au coins des rues St Denis et d'Aboukir, deuxième arrondissement, avec une dizaine de mes coréligionnaires, coiffés comme moi du turban noir et mêmement accompagnés de leur outil de travail à deux roulettes. Nous attendons des chargements de fringues ou de rouleaux de tissu, nous faisons la navette, à la demande, entre les camions de livraison et les boutiques - certains préfèrent dire 'show-room' - de ce qui reste du Sentier. Nous sommes à Paris en 2016, mais notre demi-cercle patient et silencieux, suspendu à la commande, pourrait aussi bien se trouver, identique, sur le port lointain d'un pays Antique ....

Nous ressemblons à des princes mais nous louons nos bras.

 

Nous sommes, vous êtes ...

J'espère que vous allez tous bien, que le printemps précoce, bientôt rattrapé par le cours du temps, vous réjouit et vous met au cœur des envies délicieuses et des élans irrésisitibles.

PS : en cherchant des images, je vois qu'il y a aussi un Port William en Ecosse ...

Repost 0
l'overblogozen d'anna rozen - dans mon père je suis
commenter cet article
26 janvier 2016 2 26 /01 /janvier /2016 10:04

où il sera question de peau, d'astronaute, de métro et d'oiseau ...

J'ai décidé de refaire des 'je suis'. Je cherchais des textes courts à lire entre les chansons de la sieste acoustique du 17 janvier. Je suis retombée sur la troisième partie de Vieilles Peaux, intitulée Pas Moi et qui fonctionne sur ce système : je me mets dans la peau de gens ou de choses que je vois ou que je croise et je raconte à la première personne.

C'est un bon exercice. Surtout en ce moment, juste après "les fêtes" où je n'arrive pas à me replonger dans mon livre en cours et où je suis d'humeur vacancière.

Des textes courts, où l'inspiration fait tout le boulot ...

je ne compte plus en mois

Willy m'avait fait compliment à propos du Pas Moi de Vieilles Peaux. Il avait dit : "ils sont bien campés tes personnages, on a envie d'en savoir plus." Comme souvent, c'était un compliment du genre constructif (et un peu à double tranchant). J'avais précisé que justement le but et la limite de cette forme était de ne donner qu'une image fugace, un germe d'histoire ou même pas.

Je pense qu'il rêvait que j'écrive un "grand livre". Je ne sais pas si j'en suis capable, je ne suis pas sûre de savoir ce que c'est.

En attendant, je vous offre quelques Je Suis première cuvée 2016.

je ne compte plus en mois

Je suis un hybride d'astronaute et de bonhomme de neige, version mini. Des pieds à la tête je mesure soixante centimètres. Là je me promène dans les rues de Paris d'hiver, à la proue de mon père qui me porte dans un harnais confortable, je lui ouvre la voie, je trace son chemin, c'est moi qui vois le premier les obstacles, quelquefois je lui sers même un peu de pare-choc, mais il marche doucement et je suis bien rembourré dans ma combinaison molletonnée blanche, je suis couvert du bout des pieds au milieu du front. Suspendu, les jambes ballantes, je suis le roi de l'espace et du temps. Je flotte, j'ai mon père en guise de moteur dans le dos et toute la vie devant moi. A perte de vue.

Je suis un usager du métro. Je rentre chez moi après une rude journée au bureau. Pour me délasser je fais des sudoku. Je porte un costume classique, je suis assis bien droit sur mon strapontin, mes pieds cachent mon sac, ma cravate couvre mon sexe. Malgré la foule, je suis bien isolé dans ma bulle. Je trouve que 'sport cérébral' est une appellation bien trouvée. Là je sens que mes neurones se détendent tout en se musclant. Avant j'étais adepte des mots fléchés, mais ça n'est plus dut tout d'actualité, c'est comme 'employé modèle' qui ne se dit plus tout, au jour d'aujourd'hui je suis ce qu'on appelle : un collaborateur exemplaire.

je ne compte plus en mois

Je suis un moineau sur le dossier d'une chaise à la terrasse chauffée du Grand Cerf. Je regarde les gens passer dans la rue, je tourne la tête dans tous les sens pour vérifier que je ne cours aucun danger, on ne sait jamais. La dame dans mon dos derrière la vitre, je ne suis pas certain qu'on puisse lui faire entière confiance. Y a rien à bouffer ici, mais c'est propre et il fait bon. Je gonfle mes plumes, je m'aiguise le bec sur le rotin du dossier, je laisse pendre mon aile droite, je sais pas si c'est l'hiver ou quoi mais j'ai un peu mal quand je la replie. Je ne vais pas m'éterniser non plus, hein, ça manque de miettes. Tiens, je regonfle mes plumes et puis je laisse une petite crotte avant de m'envoler.

je ne compte plus en mois

Je suis bien aise que vous me lisiez et je vous souhaite aussi joli que possible le mois qui s'étale jusqu'à notre prochain rendez-vous.

Repost 0
l'overblogozen d'anna rozen - dans mon père choses vues je suis
commenter cet article

Présentation

  • : Les rendez-vous du 26 / voir aussi http://rozenblog2.blogspot.fr/
  • Les rendez-vous du 26 / voir aussi http://rozenblog2.blogspot.fr/
  • : Des phrases, des humeurs, des colères, des petits coups de butoirs butés brefs et rigolos, ou pas rigolos. Et surtout : Les rendez-vous du 26 en souvenir de mon père ...
  • Contact

Recherche

Pages

Liens