Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 11:00

H comme Héliotrope : Se tourner vers la lumière. Source de chaleur, de consolation, de merveilles. La lumière sur l’eau et son reflet sous un pont. La lumière dans les feuillages et leur jeu sur les dallages. La lumière sur des paillettes : décolleté, sac à main …

Se verser un verre d'eau au soleil, admirer les reflets diamants sur la nappe en papier. Naturelle ou pas, la lumière nous fait des cadeaux tout le temps. La lumière et la couleur, je me tourne vers ça, comme enfant sur son tapis d'éveil - je crois que je n'en avais pas - comme bébé dans mon landau sous les orangers, le soleil dans les feuilles foncées, les fruits luisants contrastés. Je lave ensemble deux pulls bleus, un plutôt turquoise et l'autre tirant sur le mauve, dans l'eau les couleurs sont intensifiées, camaïeu décalé qui fait saliver l'œil à la limite de le contrarier.

La couleur et la lumière sont comme la masturbation (voir post du 20 août), un plaisir gratuit et abondant, qui ne nécessite rien qu'un peu d'attention.

 

 

G comme Gagne-pain : Je crois beaucoup au boulot alimentaire. Je ne sais pas si l'homme est fait pour travailler, mais j'ai l'impression que le travail est de moins en moins fait pour l'homme.  Ce qui n'empêche pas qu'on ait toujours besoin, en tous cas pour l'instant, de travailler pour gagner de quoi se loger, manger, payer toute l'électricité consommer par nos jouets divers.

La culture d'entreprise, la motivation, l'adaptation, je n'achète pas. Le travail c'est la guerre. Il faut s'en protéger. Je ne crois pas que ce soit un très bon calcul par exemple de vouloir gagner de l'argent en faisant ce qu'on aime (en gros, son art). En revanche, je pense qu'il faut se débrouiller pour trouver quand même quelque chose à aimer un peu dans son boulot alimentaire. Ça peut être juste la certitude de le faire du mieux possible. Bien faire son boulot sans y laisser traîner ses doigts ou ses tripes, avec juste une sorte de dignité, voilà ce que je préconise.

Se rappeler aussi que le boulot non seulement c'est pénible, mais en plus y en a pas beaucoup, alors autant que possible, le partager. Travailler intermittent ou à temps partiel, pour faire de la place aux autres et aussi pour ne pas se retrouver complètement inadapté ahuri quand on se fera finalement virer pour vieillerie incurable.

Quant au travail qui nous fait vibrer, celui qui sort de nos mains habiles ou de nos cerveaux excités, de nos cœurs blessés, celui de musique, de peinture, de sculpture, de couture, d'écriture et tout ce genre dur, je crois qu'il faut le laisser libre, ne pas le contraindre à "rapporter".

Je suis donc pour le principe, vu que même les boulots chiants s'amenuisent à la vitesse de péremption des machines électroniques, je suis pour qu'on réfléchisse sérieusement à cette affaire de revenu minimum d'existence, que les Etats devraient assurer à leurs citoyens.

zédéachegeaire plus ou moins

Partager cet article

Repost 0
l'overblogozen d'anna rozen - dans zédécédaire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les rendez-vous du 26 / voir aussi http://rozenblog2.blogspot.fr/
  • Les rendez-vous du 26 / voir aussi http://rozenblog2.blogspot.fr/
  • : Des phrases, des humeurs, des colères, des petits coups de butoirs butés brefs et rigolos, ou pas rigolos. Et surtout : Les rendez-vous du 26 en souvenir de mon père ...
  • Contact

Recherche

Pages

Liens