Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 août 2013 3 14 /08 /août /2013 09:57

U comme Unique : Je ne suis pas comme tout le monde et je ne suis pas la seule. Je me disais ça dans un couloir de métro. Passant devant l’affiche d’un block-buster « toi mon vieux, tu te passeras de ma clientèle ! ‘tout le monde’ ira, moi pas. Exactement pour cette raison-là. Et je n’aurai rien à dire dans la cour de l’école, à la machine à café, dans les vestiaires de la gym, tant pis. »

On est quelques-uns comme ça, chacun dans son domaine, à ne pas vouloir ingurgiter ce que la majorité plébiscitera. Cette idée qu’il existe des niches, des publics limités, des créneaux minuscules, des poches de résistance, des goûts excentriques … ne laisse pas de me réjouir.

 

T comme Temps : Le temps on n’a que ça, c’est la matière de la vie même, le temps est avec nous. Ne jamais oublier qu’il est précieux mais ne pas avoir peur de le gaspiller : c'est Le Luxe abordable.

Et à propos de temps, se souvenir qu’aussi étrange que ça puisse paraître, la météo est comme elle est. Si pester contre, peut être un bon moyen de passer pour quelqu’un de civilisé auprès des gens dont on n’a rien à foutre, il serait néanmoins dommage d’abuser du sujet. Stupide de se cogner contre le mur mou de la météo. Agréable au contraire de faire chaque matin, voire à chaque fois que le vent tourne, ce petit exercice : glamouriser le temps qu’il fait. Gris terne et sans ombre ni contrastes, penser à Woody Allen qui nous envie ce gris Louis XIII / Dior / gorge de pigeon, si français et tellement romantique. La pluie pour s’embrasser dessous avec ou sans parapluie, ou rêver de, si on n’a personne sous la bouche. La chaleur lourde et marcher comme si on avait deux cents ans.

Chacun ses goûts et ses références, mais il y a toujours moyen de trouver un attrait au temps qu’il fait (à condition bien sûr d’avoir la possibilité matérielle de s’en protéger). Seuls sont autorisés à pester contre le temps qu’il fait, ceux que la mouise contraint à coucher dehors. Nous, les autres, choisissons un ennemi plus à notre niveau.

 

S comme Suicide : Y penser pourquoi pas, c'est signe qu'on ne se laisse pas aveugler, bercer, embrouiller. Mais passer à l'acte !? Ce serait dépenser beaucoup d'énergie pour rien - précisément plus rien - alors que tant que tout n'est pas fini on n'est jamais à l'abri d'une bonne... Surprise.

Je partage sur ce sujet l'avis de Dorothy Parker : "Guns aren't lawful; Nooses give; Gas smells awful; You might as well live."

Beaucoup de complications pour un résultat hasardeux et de grandes chances de se rater lamentablement.

Sans compter que qui dit suicide dit "petit mot". Parce qu'il faut quand même un minimum de savoir mourir. A moins d'être complètement seul au monde, on ne peut pas s'en aller comme ça, sans un mot d'explication. Il me semble à ce propos qu'on n'aura pas trop de toute notre vie pour arriver à rédiger une note qui soit un tant soit peu à la hauteur du geste.

zédécédaire 3 (à la demande générale d'une, je continue)

Partager cet article

Repost 0
l'overblogozen d'anna rozen - dans zédécédaire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les rendez-vous du 26 / voir aussi http://rozenblog2.blogspot.fr/
  • Les rendez-vous du 26 / voir aussi http://rozenblog2.blogspot.fr/
  • : Des phrases, des humeurs, des colères, des petits coups de butoirs butés brefs et rigolos, ou pas rigolos. Et surtout : Les rendez-vous du 26 en souvenir de mon père ...
  • Contact

Recherche

Pages

Liens